Bonjour Média.

Tu veux en savoir plus sur moi?

Tiens.

NOM : Sarah Toussaint-Léveillé

 

PRÉNOM :  

 

DATE DE NAISSANCE : 4 août 1990

 

LIEU DE NAISSANCE : Hôpital Pierre-Boucher

 

GRANDI À : Boucherville, Qc.

 

PROFESSION : vivre

1990

Je suis née le 4 août 1990 à l’Hôpital Pierre Boucher à 17h17.

1990, c’est Crise d’Oka Jean Leloup Nintendo Carmen Campagne Guerre du Koweït et l’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie selon l’Organisation Mondiale de la Santé.

Dans ces temps-là, ma mère avait encore son look des années ’80. Elle avait une permanente, portait des leggings flash avec trop de motifs et un énorme T-Shirt lousse. C’est comme ça qu’elle a accouché de moi. Je suis sortie d’elle en coup de canon. C’est souvent comme ça quand c’est le deuxième enfant.

J’ai été accueillie sous les néons du ciel hospitaliers. Ma sœur était là, elle avait 4 ans, un nez de cochon et des cheveux blancs. C’est elle qui m’a attrapée. Elle m’a aimé même si j’avais l’air d’un mollusque.

Mon père est arrivé en retard. Chez nous le retard est une tare. Lui aussi subissait son look des années ’90.

 

L’Écriture 

J’ai toujours écrit, peu importe le médium. Mon premier livre, j’avais 6 ou 7 ans. Il contenait une histoire, huit pages, huit phrases incohérentes, huit dessins, plusieurs dénouements et aucun géni. L’histoire débutait comme ça: « Et Élise s’était brûlée dans le four. » Elle finissait avec le mot FIN.

L’école primaire et secondaire ont fait de moi une lunatique endurcie, où tomber malade était plus intéressant que de rester crucifiée à un bureau scolaire pour mieux regarder dehors. Adolescente, j’aimais rire l’humour noir Brassens Pierre Lapointe café tabac Beatles amis imaginaires glauques Wes Anderson théâtre musique écrire en vouloir à ma mère. Je pense que je me sentais enfermée dans une boîte que je trouvais incohérente avec le mouvement dans ma tête.

 

MUSIQUE 

La musique c’est mon alter égo, elle me colle au cul comme une petite sœur fatigante qu’on aime mais qu’on enferme souvent dans la sécheuse. J’apprends à en prendre soin, à la laisser grandir. Elle me teste tout le temps, c’est pas mal confrontant.

Si je fais de la musique, c’est juste parce que.